Cornus rex-populi

30 juin 2015

Sur le petit écran

Dans la série « y a pas que Fromfrom qui se fait filmer », voici une petite vidéo filmée lors de nos portes ouvertes. Attention, le lien n’est pas appelé à rester longtemps ici.

Posté par Cornus à 22:29 - Commentaires [14] - Permalien [#]

29 juin 2015

Fleurs de juin

En vrac, des fleurs déjà maintes fois photographiées au sein de notre micro-jardin.

J20001

J20002

J20003

J20004

J20005

J20006

J20007

J20008

J20009

J30001

J30002

J40001

J40002

J40003

J40004

 

Et issues de nos jardins du boulot.

F10001

F10002

F10003

F10004

F10005

F10006

F10007

 

Enfin, des choses inédites ici.

Rosa gallica L. (Rosier de France), l’espèce sauvage à l’origine de nombre de rosiers cultivés.

Rogal0001

 

Lysimachia thyrsiflorus L. (Lysimaque en thyrse), espèce particulièrement rare en France.

Lythy0001

Lythy0002

Posté par Cornus à 22:39 - Commentaires [10] - Permalien [#]
25 juin 2015

Brèves cornusiennes (46)

Si on exclut les stagiaires localisés en Picardie, nous en avons cinq à B. Le premier arrivé est un francilien ayant réalisé dernièrement ses études à Grenoble dans l’université dans laquelle je fus un étudiant fantôme, puisque mes cours avaient lieu à Marseille. Il connait un seul des enseignants que j’ai connu à l’époque. Auparavant, et ça, c’est une autre sacrée coïncidence, il avait fréquenté l’IUT de Tours, dans le même département que moi. Parmi le grand nombre d’enseignants que j’y avais connus, il n’en connaît qu’une seule (sans doute la plus jeune, encore en activité). Ce stagiaire est vraiment très bien : poli, discret, travailleur, avec une bonne dose d’humour, et assez doué pour confectionner des gâteaux au chocolat.

Le deuxième stagiaire est un ours bourguignon venant du côté de Montceau-les-Mines, qui prend ses pauses et ses repas en solitaire et dont on ne sait rien. Pas d’humour, aucun intérêt, même s’il semble avoir réussi son oral.

La troisième qui travaille sur les mousses (un sacerdoce), a réussi l’exploit presque surhumain, à décoincer un collègue belge en le faisant sortie de son laboratoire-tanière.

Le quatrième, très gentil et sympathique a réussi à s’insérer dès son arrivée, allant même jusqu’à discuter avec Fromfrom, le jour de mon pot.

En conclusion, s’il y en avait un que je ne devais pas choisir comme collaborateur, ce serait bien l’ours bourguignon. Mais en est-ce vraiment un (pas d’ours, de Bourguignon) ?


Mardi, une équipe de France 3 régionale est venue pour une émission qui se déroule en direct sur un plateau à Lille et localement pour filmer des choses et des gens, également en direct (camionnette équipée d’une antenne satellite). Il s’agit d’une émission quotidienne qui débute à 9 h 50. Les interviews avait été calées la veille et je devais intervenir trois minutes pour présenter la structure puis le bleuet, espèce messicole menacée et sujette à des ensemencements à la gomme qui peuvent la perturber génétiquement et surtout la rende parfois stérile et n’offrent plus le couvert aux insectes (fleurs doubles). Un collègue devait également présenter les deux jardins ouverts au public (il y en a un troisième qui ne l’est pas). Hélas, la connexion n’a pu se faire avec le satellite à cause d’un problème informatique inédit. Deux pannes sur 100 émissions seulement, dont une pour notre pomme. Comme l’émission se termine cette semaine pour cette saison, aucun rendez-vous de substitution n’a été donné dans la foulée. Ils ont dit vouloir revenir en septembre quand l’émission sera de retour. Nous trouverons donc une autre espèce que le bleuet, parce qu’en septembre…


Comme on a pu me le faire remarquer, Fromfrom passait à la télévision ce soir. Elle a commencé par perdre, certes brillamment, tout comme la chevelure. Dommage, nous aurions été deux à passer sur la même chaine la même semaine.

Posté par Cornus à 22:27 - Commentaires [35] - Permalien [#]
22 juin 2015

Mai septentrional 2015 (15 et fin)

Voici enfin le dernier épisode de la visite de ce musée. Je précise que je suis loin d’avoir tout photographié puisque des œuvres qui me plaisaient pourtant, brillaient vraiment trop, d’autres étaient trop sombres ou encore ne m’intéressent pas du tout. Certaines ont le vice de cumuler les handicaps comme les toiles de Gustave Courbet qui nous sont apparues excessivement sombres et donc malheureusement sans intérêt, et c’est dans ce même état que nous avons vu ses œuvres dans plusieurs musées, de sorte que cela nous apparaît à présent comme une marque de fabrique du peintre. En réalité,  je viens de lire que c’est la technique du peintre qui est en cause : ses tableaux s’assombrissent au fil du temps, ce qui remet d’ailleurs en cause la conservation d’une bonne part de son œuvre. Donc pas de Courbet ici, mais d’autres choses. Je pense d’ailleurs que c’est la dernière fois où je m’occuperai à améliorer autant de photos et à les renseigner, tant cela m’a pris du temps pour ce seul musée. Je continuerai de le faire, mais à des doses bien plus modestes.

René Ménard (Paris, 1862-1930). Le printemps.

M0031

 

Jacques de Lalaing (Londres, 1858-Bruxelles, 1917). Le génie de la mort. Bronze.

M0032

 

George Minne (Gand, 1866-Laethem-Saint-Martin, 1941). La fontaine des agenouillés. Les jeunes gens (v. 1905). La vasque (v. 1927-1930), copie. Plâtre.

M0033

M0034

 

Constantin Meunier (Bruxelles, 1831-1905). Le fils prodigue ou La réconciliation. Bronze.

M0035

 

Constantin Meunier (Bruxelles, 1831-1905). Ecce homo. Bronze.

M0036

 

Émile-Antoine Bourdelle (Montauban, 1861-Le Vésinet, 1929). Buste du docteur Koeberlé. Bronze.

M0037

 

Auguste Rodin (Paris, 1840-Meudon, 1917). Tête de Pierre de Wissant. Bronze. Et son moulage.

M0038

M0039

 

George Minne (Gand, 1866-Laethem-Saint-Martin, 1941). Le maçon (1897). Bois (chêne visiblement).

M0040

 

Edward Atkinson Hornel (Bacchus Marsh, Australie, 1864-Kirkcudbright, Grande Bretagne, 1933). Idylle printanière (1905).

M0042

 

Ernest Wijnants (Malines, 1878-1964). L’écho. Bois.

M0041

 

Edgard Tytgat (Bruxelles, 1879-Woluwe-Saint-Lambert, 1957). Invitation au paradis (1922).

M0043

 

Gustave van de Woestyne (Gand, 1881-Uccle, 1947). Le Christ dans le désert (1939). Contre toute attente, jaime bien celui-ci et le suivant.

M0044

 

Gustave van de Woestyne (Gand, 1881-Uccle, 1947). Le Christ montrant ses plaies (1921).

M0045

 

Oskar Kokoschka (Pöchlarn, Autriche, 1886-Montreux, 1980). Portrait du docteur Ludwig Adler (1914).

M0046

 

Max Ernst (Brühl, Allemagne, 1891-Paris, 1976). Végétation (1925). Pour les couleurs, pas pour le reste.

M0047

 

Frits can den Berghe (Gand, 1883-1939). Le monstre (1928). Pourquoi ai-je photographié ça ?

M0048

 

René Magritte (Lessines, 1898-Bruxelles, 1967). Perspective II. Le balcon de Manet (1950).

M0049

 

Victor Servranckx (Diegem, Belgique, 1897-Vilvorde, Belgique, 1965). Port – Opus 2 (1926).

M0050

 

Georges Vantongerloo (Anvers, 1886-Paris, 1965). Étude n° III. Bon, ça, cest juste pour rire, parce que franchement, en mappliquant, jaurais pu faire mieux.

M0051

 

Albert Carel Willink (Amsterdam, 1900-1983). L’équilibre des forces (1963).

M0052

 

Theophile Lybaert (Gand, 1848-1927). Femme en prière (étude).

M0053

 

Fin.

Posté par Cornus à 20:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]
21 juin 2015

Brèves cornusiennes (45)

Il y a quelques semaines, mon assistante reçoit un appel me demandant si je pouvais venir à un entretien chez le préfet de l’Aisne ce 16 juin. La réponse était positive, mais je ne savais pas quel en était le motif. A une réquisition du préfet, on a tendance à dire oui, avant de discuter des détails, d’autant que si on nous « convoque », c’est qu’on nous accorde une importance quelconque ou que le sujet mérite que le plus haut représentant départemental de l’État y accorde de son temps. Nous nous doutions quel serait le sujet et nous ne nous étions pas trompés. Il s’agissait effectivement de parler d’un sujet épineux depuis plus de 20 ans relatif à un coteau de la Marne qui a été mis en appellation Champagne. Sur ce coteau, où il y avait autrefois de belles pelouses calcicoles, il existe encore des plantes protégées et le monde de la viticulture veut le planter en vigne. Sachant que derrière cela, les intérêts économiques ne sont pas vraiment de la rigolade vu qu’au moins une grande maison de luxe y a des billes. Cela bloque depuis ce temps, car depuis le classement en zone AOC, le prix du foncier a dû être multiplié par un facteur 100 ! Et la mesure « compensatoire » n’envisageait de classer que 25 % du terrain en réserve, ce qui était ridicule face aux enjeux. Enfin, la bonne nouvelle est que quand même jusque là, contrairement à d’autres sites qui ont fait l’actualité ces dernières semaines, les aménageurs n’ont pas gagné, malgré leur puissance.

Donc, mardi, j’étais à Laon avec un des mes collègue de l’antenne picarde qui connaît bien le dossier depuis longtemps afin de discuter avec le préfet et ses « sbires », qui veut tenter de sortir de l’enlisement. Les propositions de la profession viticole semblent plus favorables (mais l’expérience montre qu’il ne faut pas leur donner le bon Dieu sans confession). Le préfet veut qu’on donne notre bénédiction à un protocole d’accord, qui s’il est amendé dans notre sens, nous paraît honnête, même s’il reste assez vague sur certains aspects. Le préfet nous demande aussi quels sont les points de vigilance à signaler pour que l’opération réussisse, à savoir 50 % de réserve naturelle, 50 % de vigne dont 2/3 en bio et 1/3 en raisonné certifié et des terrains ailleurs aménagés favorables pour les pelouses en compensation. Nous verrons bien ce que cela pourra donner, mais l’horizon semble moins bouché qu’auparavant et le préfet, en poste depuis peu, a l’avantage de ne pas sembler jouer au con, comme ce fut le cas de certains des ses prédécesseurs.


Ma directrice administrative et financière me demande régulièrement de prendre des décisions. Ce ne sont pas de « grandes » décisions pour l’instant et je joue plutôt la prudence compte tenu du manque total de perspective en 2016. La bonne nouvelle cependant est que nous devrions arriver à survivre l’an prochain. Il faut dire qu’avec sept salariés en moins, cela va aider, mais cela risque de poser d’autres problèmes. Enfin, nous verrons bien au fur et à mesure.


Nous avons finalement reçu la jardinière qui trouve qu’elle est mal payée. On l’a laissée venir et comme elle a proposé elle-même de se faire payer ses RTT (au lieu de les prendre), nous avons accepté cette option.


En parlant de jardinière, on nous a volé, il y a quelques semaines, celle qui subsistait devant chez nous. Le plus rageant, c’est que le récipient avait une certaine taille et un peu de valeur quand même, et que je venais d’y ajouter deux Pelargonium zonale afin de compléter les rescapés de l’an dernier. Comme cela fait quand même trois jardinières qu’on nous vole en six mois, je ne remettrai rien. Et ça m’a énervé quand même.

Posté par Cornus à 22:30 - Commentaires [14] - Permalien [#]


Mai septentrional 2015 (14)

La visite se poursuit aux XIX-XXe s.

Hugo Frederik Salmson (Stokholm, 1843-Lund, Suède, 1894). La visite chez la fermière. On dirait presque une photo.

M0001

 

Emile Claus (Vive-Saint-Éloi, Belgique, 1849-Astene, Belgique, 1924). Les patineurs (1891).

M0002

 

Emile Claus (Vive-Saint-Éloi, Belgique, 1849-Astene, Belgique, 1924). Portrait de l’artiste Anna de Weert (1899).

M0003

 

Jenny Montigny (Gand, 1875- Laethem-Saint-Martin, Belgique, 1937). Le jardinier.

M0004

 

Henri Evenepoel (Nice, 1872-Paris, 1899). L’Espagnol à Paris. Le peintre Francesco Iturrino (1899).

M0005

 

Emile Claus (Vive-Saint-Éloi, Belgique, 1849-Astene, Belgique, 1924). Journée ensoleillée (1899).

M0006

 

Anders Zorn (Mora, Suède, 1860-1920). Avec sa mère (1895).

M0007

 

Leon Frederic (Bruxelles, 1856-Shaerbeek, Belgique, 1940). Le repas des funérailles (1886).

M0008

 

Deux sculptures pour lesquelles je nai rien relevé.

 

M0009

 

M0011

 

 

Alfred Stevens (Bruxelles, 1823- Paris, 1906). Marie Madeleine (1887).

M0010

 

Jules Joseph Lefebvre (Tournan, 1834-Paris, 1912). L’esclave au plateau de fruits (1874).

M0012

 

Franz Verhas (Termonde, Belgique, 1832-Bruxelles, 1894). Le lion (1874).

M0013

 

Jan Franz Verhas (Termonde, Belgique, 1834-Shaerbeek, Belgique, 1896). Le maître peintre (1874). On notera la boite de tapioca qui sert de pot à crayons et pinceaux.

M0014

 

Léon Lhermitte (Mont-Saint-Père, 1844-Paris, 1925). L’aïeule.

M0015

M0016

 

Theo van Rysselberghe (Gand, 1862-Saint-Clair, France, 1926). La vallée de la Sambre (1890).

M0017

 

Theo van Rysselberghe (Gand, 1862-Saint-Clair, France, 1926). Boucherie au Maroc (1882).

M0018

 

James Ensor (Ostende, 160-1949). Les bains à Ostende (1890).

M0019

M0020

 

Theo van Rysselberghe (Gand, 1862-Saint-Clair, France, 1926). La lecture par Emile Verhaeren (1903). A noter qu’entre autres célébrités, André Gide est celui qui se tient la tête.

M0021

 

Henri Lebasque (Champigné, 1865-Cannet, 1937). Le diabolo (1907).

M0022

 

Henri Martin (Toulouse, 1860-Labastide-du-Vert, 1943). Vue de Labastide-du-Vert (1910).

M0023

 

Jean Louis Forain (Reims, 1852-Paris, 1931). Danseuses. Le bonhomme me rappelle un personnage dans Tintin.

M0024

 

Valentin de Zubiaurre (Madrid, 1879-1963). Fête paysanne.

M0025

 

Ettore Tito (Castellammare di Stabia, Italie, 1859-Venise, 1937). Le plateau d’Asiagio (1894).

M0026

 

Charles Cottet (Le Puy, 1863-Paris, 1925). Deuil à Ouessant (1903). Quand Fromfrom, en avance sur moi a vu ce tableau et m’en a parlé, j’ai pensé à ce vieux film en noir et blanc que Plume nous avait montré et où il était question de naufrage.

M0027

 

Auguste Lévêque (Nivelles, 1866-Bruxelles, 1921). La fin de Sodome. Plâtre. Œuvre monumentale intégrée au mur du musée.

M0028

 

Jef Lambeaux (Anvers, 1852-Bruxelles, 1908). Blessé à mort. Bronze.

M0029

 

Jef Lambeaux (Anvers, 1852-Bruxelles, 1908). Ugolin et ses fils. Bronze.

M0030

Posté par Cornus à 11:04 - Commentaires [7] - Permalien [#]
17 juin 2015

Mai septentrional 2015 (13)

La visite se poursuit (ça avance tout doucement).

François-Joseph Navez (Charleroi, 1787-Bruxelles, 1869). La sainte Véronique de Binasco (1816).

MBAG0001

 

François-Joseph Navez (Charleroi, 1787-Bruxelles, 1869). La nymphe Salmacis et Hermaphrodite (1829).

MBAG0002

 

Fanny Paelinck-Horgnies (Regensburg, Allemagne, 1805-?). La sainte Cécile (1829).

MBAG0003

 

Joseph François Ducq (Ledegem, Belgique, 1762-Bruges, 1829). Portrait de Colette Versavel, femme du médecin Isaac Joseph de Meyer (1822).

MBAG0004

 

Pieter Jan van Reysschoot (Gand, 1702-1772). L’abattage du cerf (1743).

MBAG0005

MBAG0006

 

Pays-Bas méridionaux (v. 1800). Portrait d’une artiste-peintre (autoportrait ?). Même en 1800, cétait pas courant, une femme peintre. Dailleurs, on ne sait pas qui cest. Plume nous avait fait une série sur les femmes peintres, non ?

MBAG0007

 

Louis Gallait (Tournai, 1810-Bruxelles, 1887). Famille juive accusée de recel d’objets religieux et torturée par les membres de la Sainte Inquisition. Il s’agit d’un tableau que je ne trouve pas beau et la photo ne rend pas, mais le sujet est intéressant.

MBAG0009

 

Eugène Fromentin (La Rochelle, 1820-1876). Cavaliers marocains à l’entrée des gorges de la Chiffra. On notera les coups de pinceau qui représentent les chevaux et cavaliers.

MBAG0010

MBAG0011

 

Théodore Géricault (Rouen, 1791-Paris, 1824). Portrait d’un cleptomane (v. 1820-1824). Il me rappelle quelquun, mais qui ? Un acteur ?

MBAG0012

 

Pieter van Hanselaere (Gand, 1786-1862). Autoportrait (1817). Un portrait qui me rappelle des personnages de nouvelles de Maupassant, je ne sais pas pourquoi.

MBAG0013

 

Charles de Groux (Comines, France, 1825-Bruxelles, 1870). L’expulsion.

MBAG0014

 

Pierre François de Noter (Malines, 1779-Gand, 1842). Paysage d’hiver à Gand (1838). Voici donc la neige (certes il y en a peu) promise à Plume, qui n’est pas sans rappeler celle de Bruges - Flori Van Acker (1893). Le Meebrug à Bruges sous la neige (voir ici), mais que je préférais à celui-ci. Voir la voie d’eau gelée, cela n’arrive plus guère de notre temps.

MBAG0015

 

Henri Leys (Anvers, 1815-1869). La visite d’Albrecht Dürer à Anvers en 1520 (1855).

MBAG0016

 

Henri Leys (Anvers, 1815-1869). Promenade hors les murs (1854).

MBAG0017

 

Ferdinand I de Braekeleer (Anvers, 1792-1883). La chauve-souris (1860). En fait elles sont deux. Personnellement, j’ai eu du mal à voir la seconde.

MBAG0018

CS0001

 

Joseph Geirnaert (Eeklo, Belgique, 1791-Gand, 1859). Vente après une saisie judiciaire (1835).

MBAG0019

MBAG0020

 

Alfred Verwee (Bruxelles, 1838-1895). Combat entre deux jeunes taureaux (1883).

MBAG0021

 

César de Cock (Gand, 1823-1904). Paysage des environs de Gasny (Normandie).

MBAG0022

 

Jean-Baptiste Camille Corot (Paris, 1796-1875). La carrière de Chaise-Marie à Fontainebleau. Ce n’est pas le plus intéressant des tableaux du peintre, mais mon intérêt pour les paysages du peintre…

MBAG0023

 

Théodore Rousseau (Paris, 1812-Barbizon, 1867). La carrière (v. 1827). Inachevé visiblement. Peu dissociable du peintre précédent et du suivant.

MBAG0024

 

Eugène Boudin (Honfleur, 1824-Deauville, 1898). Vaches en pâture.

MBAG0025

 

A suivre…

Posté par Cornus à 22:38 - Commentaires [11] - Permalien [#]
14 juin 2015

Mai septentrional 2015 (12)

La visite se poursuit (on n’avance pas beaucoup dans le temps).

Pieter II Brueghel (Bruxelles, 1564-Anvers 1638). L’avocat du village (1621). Notons que nous avions vu une copie de ce tableau à Bruges (voir ici). Il y a des différences entre les deux (posture des personnages notamment) et les couleurs de la copie sont plus contrastées. Je préfère loriginal.

MBAG0001

MBAG0002

 

Pieter II Brueghel (Bruxelles, 1564-Anvers 1638). La danse de noces en plein air.

MBAG0003

MBAG0004

 

Pieter II Brueghel (Bruxelles, 1564-Anvers 1638). Le repas de noces dans la grange.

MBAG0005

MBAG0006

 

Monogrammist DR (Pays-Bas méridionaux). Le portement de croix (1591).

MBAG0007

MBAG0008

 

Marinus van Reymerswale (Reimerswaal, Pays-Bas, 1490/1495-Goes, Pays-Bas, 1546/1556). L’avocat du village (1536).

MBAG0009

 

Roelant Savery (Courtrai, 1576-Utrecht, 1639). Paysage paradisiaque avec animaux.

MBAG0010

 

Pieter Boel (Anvers, 1622-Paris, 1674). Nature morte au hibou et trophée de chasse (1650). Sauf que le hibou ressemble fort à une chouette effraie…

MBAG0011

 

Paul de Vos (Hulst, Pays-Bas, 1595-Anvers, 1678). Chasse au renard.

MBAG0012

 

Lodwijk de Vadder (Bruxelles, 1605-1655). La forêt de Soignes avec des marchands forains. Un très grand tableau qui nous a ébloui par sa lumière (falaise jaunâtre), ce qui ne rend pas sur la photo.

MBAG0013

 

Adriaen van Utrecht (Anvers, 1599-1652). Étalage d’un poissonnier.

MBAG0014

 

Atelier de Lucas van Valckenborch (Malines, 1535-Francfort-sur-le-Main, 1597). La fille de cuisine.

MBAG0015

 

Theodoor Rombouts (Anvers, 1597-1637). Allégorie des cinq sens.

MBAG0016

 

Aelbert van der Schoor (Utrecht, v. 1593-Utrecht ? v. 1672). Allégorie de l’odorat.

MBAG0017

 

Pieter de Bloot (Rotterdam, 1601-1658). Paysage à la ferme.

MBAG0019

Posté par Cornus à 21:42 - Commentaires [16] - Permalien [#]
13 juin 2015

Mai septentrional 2015 (11)

On poursuit la visite du musée des beaux arts de Gand.

Rafaël Coxcie (Malines, 1542-Bruxelles, 1616). Le Jugement dernier (1588-1589). Il sagit dun tableau monumental. Jai dû corriger nettement la perspective. Cest la première fois que je me livre à une telle retouche. Certains hommes semblent avoir des muscles en trop, et ce n'est pas à cause de la retouche.

MBAG0001

MBAG0002

 

Maarten van Heemskerck (Heemskerck, Pays-Bas, 1498-Haarlem, Pays-Bas, 1574). L’Homme de douleur (1532). La musculature semble plus réaliste et la partie intime, non diabolique, est délicatement suggérée.

MBAG0003

 

Maarten van Heemskerck (Heemskerck, Pays-Bas, 1498-Haarlem, Pays-Bas, 1574). Le Calvaire (1543). Y en a un qui a un sparadrap sur la tête !

MBAG0004

MBAG0005

MBAG0006

MBAG0007

MBAG0008

MBAG0009

 

Peter Paul Rubens (Siegen, Allemagne, 1577-Anvers, 1640). Saint François d’Assise recevant les stigmates (1635).

MBAG0010

 

Gaspar de Crayer (Anvers, 1584-Gand, 1669). Le couronnement de sainte Rosalie (1644).

MBAG0011

 

Gerard Seghers (Anvers, 1591-1651). L’Ange avertit Jospeh en songe.

MBAG0012

 

Maître Denim (nord de l’Italie, 1650-1700). Repas frugal.

MBAG0013

 

Atelier d’Alessandro Magnasco (Gênes, 1667-Paris 1749). Moines en prière. Je trouve que ce tableau est en avance sur son temps.

MBAG0014

 

Jean-Baptiste de Champaigne (Bruxelles, 1631-Paris 1681). Le repas à Emmaüs (1664).

MBAG0015

MBAG0016

 

Cornelis de Vos (Hulst, Pays-Bas, 1584/1585-Anvers 1651). Le Christ et la Samaritaine (v. 1630-1635).

MBAG0017

 

Jan Boeckhorst (Rees, Münster, Allemagne, v. 1604-Anvers 1668). Apollon et Python (v. 1660).

MBAG0018

 

Maerten de Vos (Anvers 1532-1603). La famille de sainte Anne (1585).

 

MBAG0019

 

Posté par Cornus à 23:44 - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 juin 2015

Mai septentrional 2015 (10)

En attendant la suite de la visite du musée de Gand, voici une curiosité. Je pensais qu’il n’y avait aucun représentant de ce genre dans les jardins du boulot. Effectivement, il n’y en a aucun dans les jardins officiels. Mais dans la cour de la ferme initiale, non loin de mon actuel bureau, quelques arbres coupés ont été coupés il y a deux ans. On n’avait rien vu l’an dernier dans le fourré, mais en cette fin mai, quelle ne fut pas ma surprise de voir mon regard attiré par quelques inflorescences de rhododendron. Certes, il est bien déséquilibré et a dû subir un certain étouffement avant de pouvoir s’épanouir à nouveau cette année.

RD0001

RD0002

Posté par Cornus à 22:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]