Cornus rex-populi

09 décembre 2018

Toussaint 2018 (5)

Le dimanche, nous décidons d’aller dans la presqu’île de Crozon où nous n’étions pas retournés depuis longtemps. Nous mangeons dans un bon petit restaurant repéré auparavant. Nous arrivons sous la pluie et il ne cesse de pleuvoir pendant tout le déjeuner et cela n’arrête pas après. Nous commençons la visite par des lieux qui m’étaient inconnus, sous un ciel sinistre, mais qui possède un certain charme cependant.

D’abord la baie de Roscanvel.

 

BR-1

 

BR-2

 

Puis l’anse de Camaret.

 

AdC-1

 

AdC-2

 

AdC-3

 

Puis à l’approche de la pointe de Penn Hir, nous tombons sur une zone de défense du goulet de Brest aménagée en 1890 puis par les allemands à partir de 1940. Et ici une sorte de cimetière d’ancres de très gros bateaux. Une des dernières et une des plus grosses est celle du Clémenceau. Fromfrom, elle, pose devant celle du cuirassier Dunkerque (lancé en 1935, sabordé en 1942).

 

PPH-6

 

PPH-3

 

Le soleil fait des apparitions.

 

PPH-1

 

PPH-4

 

PPH-5

 

Le soleil est aussi au rendez-vous à la pointe de Penn Hir proprement dite.

 

PPH-7

 

PPH-8

 

PPH-9

 

Puis c’est la pointe de Dinan.

 

PtDi-1

 

PtDi-2

 

PtDi-3

 

PtDi-4

 

PtDi-5

PtDi-6

PtDi-7

PtDi-8

Au retour passage par la chapelle Sainte-Marie du Menez-Hom, qui possède un maître-autel-retable baroque particulièrement imposant et disons-le, que je ne trouve pas vilain. Les conditions de lumière étaient particulièrement difficiles et je n’avais pas voulu déclencher l’artillerie lourde pour cet édifice. J’ai néanmoins réussi à faire quelques photos. Sur la première, je me suis amusé à faire disparaître des panneaux indicateurs sans laisser de traces apparentes.

SMdMH-5

SMdMH-4

SMdMH-1

SMdMH-2

SMdMH-3

 

Posté par Cornus à 20:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 décembre 2018

Espèces en voie d'illumination

A l’occasion d’une réunion mercredi au Mus*éum nati*onal d’Hist*oire nat*urelle à Paris, je suis passé en vitesse par le Jardin des plantes où j’ai découvert une exposition nocturne est en place depuis le 16 novembre : « Espèces en voie d’illumination » (espèces disparues ou fortement menacée d’extinction si j’ai bien compris, surtout animales – les plantes ont toujours du mal à bénéficier des mêmes intentions). Les photos suivantes ne sont qu’un échantillon. Le spectacle est payant de nuit, mais l’espace est ouvert de jour, même si cela semble bien moins spectaculaire. Cela ne doit pas être mal. C’est jusqu’au 15 janvier 2019. En revanche, 15 € pour les adultes et 12 € avant ça, ce n’est pas à la portée de tout le monde. J’ignore quel est le « discours » dispensé en termes de sauvegarde de la biodiversité, si tant est qu’il y en ait un.

Photos réalisées au smartphone.

MNHN-13

MNHN-1

MNHN-2

MNHN-3

MNHN-4

MNHN-5

MNHN-6

MNHN-7

MNHN-8

MNHN-9

MNHN-10

MNHN-11

MNHN-12

MNHN-14

MNHN-15

Posté par Cornus à 21:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 décembre 2018

Toussaint 2018 (4)

Après la Normandie, la Bretagne ! Nous passons dire bonjour rapidement à la Duchesse mère. Nous voyons arriver la sœur de Fromfrom qui vient chercher sa mère pour l’emmener chez le coiffeur. Seulement, elle arrive avec une heure d’avance. Que croyez-vous qu’elle fit ? Elle repartit (pour revenir une heure plus tard) sans même nous saluer ! Qu’en conclure ? Qu’elle ne veut pas nous voir ! Cela tombe bien, c’est réciproque ! Comment en est-on arrivé là ? De mon côté, je m’en moque : elle me parle, je lui parle ; elle ne me parle pas, c’est pareil. Depuis que je la connais, elle donnait le change pour apparaître sous un beau jour (son ex-mari aussi à l’époque). Mais après leur séparation, après ses déboires de santé et plus singulièrement après son AVC, ce n’était déjà plus le cas. J’imagine qu’elle est porteuse d’une forme de jalousie par rapport à la façon dont Fromfrom a évolué, alors que de son côté, elle a connu pas mal d’échecs sur les plan personnel et professionnel et finalement sur sa santé. Néanmoins chose très positive dans l’ensemble il me semble, elle a eu trois filles, même si ces dernières ont dû beaucoup compter sur elles-mêmes pour s’en sortir (la première très bien, la seconde est restée une gamine et la dernière est une adolescente enchevêtrée à 17 ans avec un abruti qui lui a fait un gosse à naître prochainement. Fromfrom et sa soeur avaient autrefois d’excellents rapports, mais les désastres financiers avec son ex-mari ont abimé les choses et le fossé s’est creusé depuis que Fromfrom a migré vers le nord. Même avant son AVC (qui la laisse partiellement paralysée d’une jambe et la handicape pour parler), elle avait une allure de « petite vieille », ce qui ne s’est nullement amélioré. Elle se croit obligée d’avoir une dent contre Fromfrom. Il y a deux ans, elle avait fait quelques remarques fort désagréables à l’encontre de Fromfrom, alors que rien ne le justifiait. Rien ne peut excuser une telle méchanceté gratuite. Je peux dire que les frères de Fromfrom font encore preuve d’un minimum de politesse, mais cela ne va guère plus loin. Mais là aussi, personnellement, je m’en moque, seule la Duchesse mère m’intéresse. Mais inutile de demander comment Fromfrom vit ces choses. Ne pas y attacher d’importance reste la moins mauvaise des solutions.


 

Après ça, nous avons mis le cap, sur de meilleures perspectives capistes, puisque Karagar & Vladimir nous attendaient. Et nous étions ravis de les revoir ! Seule Plume était absente, mais ce n’est pas grave, on l’aime toujours ! Visite presque crépusculaire dans le jardin où nous découvrîmes des nouveautés ou des choses qui s’étaient notoirement développées. Un grand bol d’exotisme pour moi, où je ne connais toujours presque rien à part les herbes de la « pelouse ».

Le lendemain après-midi, nous emmenons la duchesse mère en balade car elle a grand besoin de sortir de chez elle. A la suite de son opération cardiaque l’été dernier, elle a conservé des fragilités (des sortes de « malaises » qui nous semblent plus psychologiques qu’autre chose), de sorte qu’elle ne conduit plus et se morfond chez elle. Heureusement, elle a dans le courant de ce mois de novembre, entrepris une rééducation sur la côte du Morbihan occidental, ce qui ne pourra lui faire que du bien. En parlant de Morbihan, c’est là où nous étions allés cet après-midi du samedi 27 octobre, plus précisément du côté de Guidel et du Fort bloqué (Ploemeur). En voici quelques images.

GFBP-1

GFBP-3

GFBP-2

GFBP-4

GFBP-5

GFBP-6

GFBP-7

GFBP-8

Posté par Cornus à 19:48 - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 novembre 2018

Toussaint 2018 (3)

Après l’abbaye-aux-Dames, il était temps de se rendre à l’abbaye-aux-Hommes, second édifice que nous avions décidé de visiter. Celui-ci, je ne l’avais jamais vu en vrai et Calyste m’avait bien appâté (voir ici pour les détails historiques). Pour ma part, je n’ai pas de préférence entre les deux édifices, je les aime tous les deux pour leurs caractéristiques propres. Même si je peux trouver des choses plus sympas ailleurs, le chœur gothique est très beau. Dans l’ensemble, je trouve le mariage roman/gothique très « fondu » et réussi. Par ailleurs, l’édifice m’est apparu bien plus monumental que l’abbaye-aux-Dames qui est pourtant déjà très grand. Nous avons réellement pu contempler le chevet depuis les jardins qu’en quittant l’édifice. A ce titre, j’ai été moins frustré que pour l’autre abbaye où il est impossible de voir le « cul » de l’abbatiale.

CAaH-2

La tour lanterne à sa bonne place.

CAaH-1

CAaH-3

CAaH-18

Un jeu de morpion sur le tympan de la façade !

CAaH2-1

CAaH-4

CAaH-5

CAaH-6

CAaH-12

CAaH-17

CAaH-15

CAaH-7

CAaH-14

CAaH-13

CAaH-9

CAaH-8

CAaH-16

CAaH-10

CAaH-11

CAaH-19

CAaH-20

 

Et puisque nous étions à côté, l’église en grande partie ruinée de Saint-Étienne-le-Vieux. L'édifice a été construit à partir du XIe s., mais a évolué ensuite jusqu'au XVe s. de sorte que son allure actuelle est principalement gothique. Elle a été abimée lors de la Révolution puis a reçu un obus durant la Seconde Guerre mondiale.

CSElV-1

CSElV-2

Posté par Cornus à 19:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 novembre 2018

Toussaint 2018 (2)

Revenons-en à l’ordre chronologique. Chose peu commune, nous partîmes le jeudi précédent la semaine de la Toussaint. La première escale fut pour la ville de Caen. L’an dernier, Calyste nous avait montré quelques édifices intéressants de la ville. La même année (le 1er juin exactement – jour qui m’a marqué parce que c’est celui où Trump avait décidé définitivement qu’il n’y avait pas de réchauffement climatique), en attendant le début d’une réunion pour le travail j’avais eu l’occasion d’entrer dans l’abbatiale de l’Abbaye-aux-Dames, jouxtant les locaux du Conseil régional de Normandie. J’avais été assez ébloui par l’intérieur, mais je n’avais pas pu faire les photos que j’aurais voulu (smartphone limité). C’est donc par-là que nous « attaquâmes » en début d’après-midi de ce premier jour de vacances (la note de Calyste se trouve ici). L’édifice roman (XIIe s. pour l’essentiel) abrite de surcroît le tombeau de la Reine Mathilde. La vitre qui le protège permet le reflet de la voûte.

CAaD-18

CAaD-19

CAaD-2

CAaD-4

CAaD-3

CAaD-13

CAaD-5

CAaD-15

CAaD-8

CAaD-9

CAaD-1

CAaD-10

CAaD-11

CAaD-7

CAaD-12

CAaD-6

Posté par Cornus à 19:20 - Commentaires [6] - Permalien [#]

12 novembre 2018

Retombées azotées

Il y a plus d’une semaine, Ar valafenn nous parlait ici de la problématique de la pollution atmosphérique au dioxyde d’azote en Europe et en France. Un article bien intéressant, y compris la cartographie montrant que la Bretagne est relativement épargnée.

Mais il faut savoir que le dioxyde d’azote une fois dans l’atmosphère, ne reste pas ainsi, il évolue par différents processus chimiques en azote nitrique (nitrates - NO3-) ou ammoniacal (ammonium - NH4+), c’est-à-dire deux formes de l’azote assimilable directement ou indirectement par les plantes. Il s’agit donc de retombées polluantes sous forme d’engrais dans l’eau de pluie. Il existe des données RE*NE*CO*FOR (Réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers). On trouvera dans les documents RE*NE*CO*FOR pas mal de données et de cartes. Ci-dessous, un exemple de planche cartographique une que j’ai récupérée (colonnes 1 : 1993-1998 ; 2 : 1999-2004 ; 3 : 2005-2010). Toutes les cartes vont à peu près dans le même sens : ce n’est pas terrible en Bretagne, mais pas mal en Vendée. Sinon, on voit qu’il y a aussi une certaine corrélation entre le niveau de précipitations de la pollution par « engrais azoté », même quand on s’éloigne des sources de pollution atmosphérique potentielle (carte d’Ar valafenn). Tout cela serait à creuser. Notons que cette pluie d’engrais ne pose pas de souci quand elle tombe sur des zones cultivées ou sur des prairies exploitées. Au contraire, cela réduit les quantités d’engrais à apporter. La souci est que cela tombe partout, y compris sur des milieux naturellement pauvres en nutriments, ce qui n’est pas sans conséquences fâcheuses, parce que cet apport de nutriment n’est alors pas négligeable et peut à la longue induire une eutrophisation et une banalisation du milieu, de la flore, de la végétation… Ceci a été bien peu étudié jusqu’à présent et est certainement sous-estimé dans certains dysfonctionnement trophiques que nous constatons çà et là (pelouses, marais oligotrophiles…).

cartes N

Posté par Cornus à 22:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]
04 novembre 2018

Toussaint 2018 (1)

Je reviendrai ultérieurement sur les précédents épisodes, mais voici celui qui mardi après-midi dernier nous emmena de la Touraine jusqu’au Morvan. A notre grande surprise, nous rencontrâmes de vagues traces de neige à l’ombre des arbres du côté de Bourges, traces qui se confirmèrent dans le Nivernais puis bien sûr dans le Morvan. La neige avait fondu toute la journée. Enfin, ça dépend où parce que dans le Haut Morvan et dans les hauts de l’Autunois à notre arrivée à la nuit tombée, cela ne fondait plus. Le long de notre parcours, j’ai estimé l’épaisseur de neige qu’il y avait dû y avoir le matin à une vingtaine de centimètres au-dessus d’Arleuf, entre Nièvre et Saône-et-Loire.

Ces photos ont été prises à l’ouest de Château-Chinon, à une altitude bien moindre. Il y a donc moins de neige.

CCC-1

CCC-2

 

Peu après sur la route, mes yeux se portent sur un groupe de chevreuils vaguement dissimulés derrière une haie. Fromfrom conduisait et me propose de faire demi-tour et de revenir, et de s’engager sur une petite route perpendiculaire pour faire une photo des animaux. J’ai le temps de régler l’appareil à la focale maximale (200 mm, équivalent 320 mm en 24 × 36) et sur le programme « sport », de baisser la vitre et contre toute attente, j’ai pu faire plusieurs photos dans une trouée de la haie et ne pas trop rater cette photo de quatre chevreuils. Je précise que la photo est très peu recadrée. J’ai donc eu beaucoup de chance, car les animaux n’ont pas tardé à prendre la poudre d’escampette.

CCC-3

Posté par Cornus à 20:59 - Commentaires [14] - Permalien [#]
01 novembre 2018

Encore deux ans de sursis !

Avant de passer le cap du demi-siècle, il me reste deux ans, si toutefois on me prête vie jusque là, mais  y a pas de raison ! Rediffusion de la photo postée pour les 05 ans de Fromfrom.

IMG_0192

Posté par Cornus à 22:52 - Commentaires [10] - Permalien [#]
31 octobre 2018

Cathédrale Notre-Dame d'Amiens (3 et fin)

Amiens, c’est aussi depuis 2-3 ans, un nouveau spectacle son et lumière de la façade occidentale. En cette fin août, il y avait beaucoup de monde pour assister au spectacle. Pour les photos, je m’étais placé le plus au centre possible et j’ai cadré large au 10 mm puis fortement recadré et redresser les verticales afin de ne pas avoir sur l’image les spectateurs et les lumières parasites. Lors de la première partie du spectacle, toute la difficulté était d’avoir des poses ni trop longues pour avoir une netteté suffisante, ni trop courte pour que la pose soit suffisante et sans trop monter en sensibilité pour ne pas trop induire de bruit chromatique. J’ai donc dû jouer pas mal avec différents réglages. Cette première partie était particulièrement sympa, beaucoup plus que lors de notre précédente visite il y a neuf ans : beaucoup plus original et varié et pas de commentaire désagréable. Bref, une très bonne surprise. Dans la seconde partie, on retrouve la mise en couleur médiévale « classique ».

Voilà, attention à l’overdose, cela fait beaucoup de photos, alors même que je suis loin de tout montrer.

CAN-1

CAN-2

CAN-3

CAN-4

CAN-5

CAN-6

CAN-7

CAN-8

CAN-9

CAN-10

CAN-11

CAN-12

CAN-13

CAN-14

CAN-15

CAN-16

CAN-17

CAN-18

CAN-19

CAN-20

CAN-21

CAN-22

CAN-23

CAN-24

CAN-25

CAN-26

CAN-27

CAN-28

CAN-29

CAN-30

CAN-31

CAN-32

Posté par Cornus à 22:29 - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 octobre 2018

Cathédrale Notre-Dame d'Amiens (2)

Bon, je ne vais pas me lancer dans une approche exhaustive de l’intérieur, mais je propose cette série.

Certaines photos pourraient paraître redondantes, mais pas pour moi. Je précise qu’il y a pas mal de post-traitement dans ces images, même si cela ne se voit pas (et c’est même mieux si cela ne se voit pas).

CAi-1

CAi-2

CAi-3

CAi-4

CAi-5

CAi-6

CAi-7

CAi-8

CAi-9

CAi-10

CAi-11

CAi-12

CAi-13

CAi-14

CAi-15

CAi-17

CAi-16

CAi-18

CAi-19

CAi-20

Posté par Cornus à 20:43 - Commentaires [16] - Permalien [#]