Cornus rex-populi

27 novembre 2022

Octobre-novembre 2022

Encore quelques plantes des jardins de B. du mois d’octobre.

O-N-1

O-N-2

O-N-3

O-N-4

O-N-5

Un pâturin annuel plus petit que le vrai Pâturin annuel et largement méconnu : le Pâturin grêle (Poa infirma)

O-N-12

Incroyable, une Anémone pulsatille !

O-N-13

Le Cormier (Sorbus domestica) à ne pas confondre avec...

O-N-14

Chêne de Hongrie.

O-N-15

Quelques photos du bois près de la maison (peu avant la fin octobre).

O-2

O2-1

O-N-9

O-1

O-N-10

O-N-11

O-N-6

O-N-8

O-N-7

 

Et nous voici à la toute fin octobre et début novembre à Saint-Georges.

La Grande coulemelle (Lépiote élevée). Jaime bien son odeur, mais je ne laime pas).

O-N-16

O-N-17

O-N-18

O-N-19

O-N-20

 

O-N-21

 

Ceux-là, je les ai laissé, mais j’en ai trouvé de plus jeunes : Bolet à pied rouge (Neoboletus erythropus), excellents cuits (pas de Cèpes de Bourgogne, ils étaient passés pour la majorité).

 

O-N-22

 

O-N-23

 

O-N-24

Un gâteau d’anniversaire de la boulangerie-pâtisserie (Fromfrom n’avait pas suffisamment de matériel).

O-N-40

 

Avec une petite virée au somment du Mont Beuvray. Les fouilles archéologiques qui ont repris depuis le milieu des années 1980 se poursuivent. Jusque-là, cela ne me dérangeait pas, mais cela a encore pris de l’ampleur ces dernières années et cette fois, on travaille à l’intérieur de la forêt, donc on coupe la hêtraie à Houx et cela commence à me défriser, d’autant que les « queules » du sommet sont en train de tomber à vitesse grand V. Il me semblerait important de prévoir et mettre en œuvre un programme de restauration et de viser à une meilleure protection de la forêt, ce qui ne semble pas être le cas. En été surtout, le site attire de nombreux touristes et promeneurs de diverses catégories et lorsque l’on voit les vastes espaces forestiers très simplifiés dans leur structure (absence de sous-étages, de régénération), cela semble assez inquiétant. Je n’ai pas fait un diagnostic rigoureux, mais il y a des évidences…

O-N-25

O-N-26

O-N-27

O-N-28

O-N-29

O-N-30

O-N-31

O-N-35

O-N-36

Et puis la table panoramique et la photo du panorama où l’on voit Autun (à 20 km à vol de Corneille noire). Je précise que la photo est fortement travaillée car il y avait une brume assez affirmée. On voit aisément la cathédrale vers la droite et si on a une très bonne vue, on voir l’école militaire et si on une vue plus perçante encore, on voit la pyramide de Couhard, à l’extrême droite de la photo.

O-N-34

O-N-33

O-N-32

 

De retour du Mont Beuvray, petit arrêt au temple de Janus.

O-N-38

O-N-37

O-N-39

 

Retour à Saint-Georges.

Fin avril, j’avais semé de la vraie Nielle des blés (Agrostemma githago) et pas de la « coquelourde ». C’étaient de vieilles graines conservées sans précautions particulières au boulot et dont nous ne savons que faire (facile à cultiver même si menacée dans les moissons car à peu près disparue du nord de la France). Résultat, tout a dû à peu près germer, mais avec la sécheresse estivale, elles ont arrêté leur croissance et curieusement, ne l’ont repris qu’en septembre avec le retour des petites pluies, pour fleurir en majorité à compter de fin octobre (certaines plus hâtives avaient dû fleurir en juin-juillet – période normale de floraison, sans seconde floraison plus tard). C’est assez incroyable de voir ça sur une plante annuelle, même si je sais qu’elle est bien résistante à la sécheresse (plante du pourtour méditerranéen d’Asie Mineure).

O-N-43

O-N-44

O-N-41

O-N-42

O-N-46

O-N-47

O-N-48

O-N-45

O-N-49

O-N-50

O-N-51

O-N-52

O-N-53

O-N-54

O-N-56

Remis à l'eau aussitôt.

O-N-57

Le Bolet orangé, noircissant fortement à la coupe et à la cuisson, mais très bon, sauf le pied.

O-N-55

Espèce de bolet inconue de moi même après vérification dans des livres. Cela doit être une espèce assez rare (je la connais depuis assez longtemps, toujours à un seul endroit).

O-N-58

O-N-59

O-N-60

N-1

O-N-61

O-N-62

O-N-63

O-N-64

Posté par Cornus à 18:43 - Commentaires [8] - Permalien [#]

13 novembre 2022

Familistère de Guise

Le même jour que le musée du verre de Sars-Poterie, j’avais prévu une visite dans le département voisin, au nord de l’Aisne à Guise. Cette petite commune est doublement connue. D’abord c’est elle qui a donné son nom à la famille du duc assassiné au château de Blois qui était « plus grand encore mort que vivant ». Et ensuite, elle est connue pour son familistère et les poêles Godin. Je ne rentre pas dans les détails que vous pourrez consulter sur la page Ouiqui ici et je dois dire que c’est fascinant. Sachez quand même que le familistère de Guise est un ensemble d'édifices voulus et construits par l’industriel Jean-Baptiste André Godin entre 1859 et 1884 afin d'héberger ses ouvriers et en réalité beaucoup plus que cela. C’est une forme d’utopie qui a marché (contrairement aus phalanstères aux États-Unis dont les expériences ont toutes tenu moins de dix ans). Le système a tenu à peu près jusqu’en 1968. Les poêles Godin existent toujours après plusieurs rachats et sont toujours fabriqués en France, en particulier une fonderie en Bourgogne et l’assemblage à Guise. Le succès de ces poêles fut extraordinaire car Godin a été le premier à les faire en fonte alors que les autres fabricants les faisaient en acier qui se déformaient et par conséquent avaient une faible durée de vie.

Nous fîmes là aussi une visite guidée et ce fut une belle découverte.

Le palais social vu de la place en trois prises distinctes (les deux premières avec assemblage panoramique).

FG-1

FG-11

FG-14

FG-2

FG-3

FG-4

FG-5

FG-6

 

Cour couverte du pavillon central. A noter que dans un souci d'égalité de traitement des habitants vis-à-vis de l'accès à la lumière dans les appartements, les fenêtres sont de plus en plus grandes en allant du troisième étage au rez de chaussée. A noter qu’il y avait des travaux.

FG-8

FG-10

FG-7

 

Cour intérieure de l'aile gauche (non ouverte au public) là aussi avec son toit de verre. Elle plus petite que la cour intérieure du pavillon central et celle-ci est habitée.

FG-16

FG-17

 

Outre différents bâtiments non montrés ici, il y a encore les écoles (aujourd’hui une école à droite et une bibliothèque à gauche) et le théâtre au centre.

FG-18

FG-12

FG-13

 

Et la piscine.

FG-15

Posté par Cornus à 20:15 - Commentaires [7] - Permalien [#]
07 novembre 2022

Ca-lys-te(e)

FDL-1

Borne de délimitation de la forêt domaniale (anciennement forêt royale) située à quelques centaines de mètres à peine de la maison du dragon terrassé et photographiée la semaine dernière. Et une pensée pour saint Calyste qui, lui, n’a pas oublié de me souhaiter mes 25 ans ! Bon anniversaire !

Posté par Cornus à 19:16 - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 novembre 2022

MusVerre

Depuis une dizaine d’années, je souhaitais y aller, mais il a fallu attendre début septembre pour aller visiter le musée du verre (MusVerre) à Sars-Poterie dans l’Avesnois. La commune du Nord a possédé une verrerie de 1802 à 1937. Trente ans après la fermeture, le curé de la ville eut l’idée de la création du musée grâce aux dons et aux prêts de la part des habitants de la ville et des familles des anciens ouvriers de l’usine. Des démonstrations furent faites également dans un atelier par d’anciens ouvriers, puis des artistes furent invités à s’exprimer. Petit à petit, tout cela prit de l’ampleur et le musée fut repris par le Département (années 1980). De nouveaux locaux furent construits en 2016. Aujourd’hui, c’est un bel ensemble avec des locaux parés de pierre bleue et à l’arrière d’autres locaux pour la résidence d’artistes. Dans la collection permanente, on a :

  • quelques-uns des articles du « catalogue » produit par la verrerie jusqu’en 1937 ;
  • les bousillés, c’est-à-dire les articles qui étaient produits par les ouvriers pendant leurs temps de pause pour leur usage personnel (ou qui étaient offerts à leurs amis à l’occasion d’un repas, d’un café…). Le terme de bousillés fait référence au fait qu’en général ces articles avaient une piètre valeur, mais il arrivait que les objets en question, à fonction utilitaire ou pas, soient de véritables œuvres d’art, parfois tout à fait exceptionnelle ;
  • des œuvres d’art pures (sans plus aucune fonction utilitaire) anciennes ou récentes (beaucoup d’œuvres issues de la résidence d’artistes ou donnés par les artistes passés par là) et d’autres achetées.

Nous avons pu suivre une visite guidée assez extra et nous avons été très agréablement surpris par ce musée qui nous en amis plein les yeux.

MSP-1

Vladimir Zbynovsky (Slovaquie, 1964). Capteur. 2006. Verre moulé, pierre.

MSP-2

 

Karen Lamonte (États-Unis, 1967). Seated Dress Impression with Drapery. 2007. Verre moulé. [Moulé sur la robe d’une dame (et à l’intérieur pour le buste), l’œuvre fait plus de 200 kg].

MSP-3

 

Philippe Beveridge (Royaune-Uni, 1962). The Human Presence in the Absence of a Figure V. 2010. Cristal moulé, thermoformé, cuir, métal.

MSP-9

 

Annie Cantin (Canada, 1974). Objets célestes. 2006. Verre soufflé, miroirs.

MSP-14

 

Florent Vinck père (1829-1895), Florent Vinck fils (1861-1939), Joseph Poels. Lampe à pétrole monumentale. [Cette œuvre avait été réalisée par les ouvriers de l’usine en cachette pour le mariage de leur directeur le 18 février 1882.]

MSP-25

 

Michèle Perozeni. Chimères. 2011

MSP-16

 

Gerhard Ribka. Allemagne (1955). Hosenhut – Pharisaer Orange – Fingerhut. 2007. Pâte de verre.

MSP-4

 

Willem Heesen (Pays-Bas, 1925). Sars-Poteries fait chanter le verre. 1989. Verre soufflé.

MSP-17

 

Ensemble d’épis de faîtage contemporains. Verre soufflé.

MSP-18

 

Stanislas Libensky (Tchéquie, 1921-2002) & Jaroslava Brychtova (Tchéquie, 1924). Head Cross. 1988. Verre moulé.

MSP-5

 

Plat avec incrustation d’une pièce de dix centimes frappée en 1911. Verre soufflé.

MSP-20

 

Objet lié à la conscription. Cor de chasse réalisé par Ildephonse Maufroid.

MSP-22

 

Stanislas Libensky & Jaroslava Brychtova (Tchéquie, 1921-2022 & 1924). Green Eye of the Pyramid. 1995. Verre moulé.

MSP-6

 

Ensemble de récipients : carafes, jattes, gourdes du verrier. Verre soufflé.

MSP-23

 

Parmi un ensemble d’animaux décoratifs. Verre soufflé ou travaillé à chaud.

 

MSP-19

 

Karen Lamonte (États-Unis, 1967). Curtain. 2009. Verre moulé.

 

MSP-26

 

Ensemble de sucriers. Selon la tradition, « on venait prendre le café chez un verrier, on repartait avec le sucrier. ».

 

MSP-24

 

Dale Chihuly (États-Unis, 1941). Mandarin Orange Basket Set with Flint Lip Wraps. 2001. Verre soufflé.

 

MSP-11

 

Michèle Lapointe (Canada). Mobilier urbain ! 2004. Verre, cuivre, miroir, encre.

MSP-10

Encriers très haut de gamme fabriqués par les ouvriers verriers de l'usine pour leur propre usage. L'usine (fermée en 1937) fabriquait des encriers bine plus ordinaires pour l'ensemble de la population. Même les lettrés riches ne possédaient pas d'aussi beaux que ceux-ci, d'où ce surnom de "revanches".

MSP-21

Boutons ?

MSP-12

Josepha Gasch-Muche (Allemagne, 1944). 28.3.03 – 27.1.03 – 27.2.03. 2003. Verre, bois.

MSP-7

MSP-8

Posté par Cornus à 23:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 novembre 2022

Automne autunois

Respectivement dimanche matin et ce matin, à moins de sept kilomètres d’ici.

A-1

A-2

Posté par Cornus à 12:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]

31 octobre 2022

Couleurs tardiestivales

Quelques photos de feuilles, de fleurs et de fruits de la fin de l’été et du début de l’automne.

FEDA-1

FEDA-2

FEDA-3

FEDA-4

FEDA-5

FEDA-6

FEDA-7

FEDA-8

FEDA-9

FEDA-10

FEDA-11

Posté par Cornus à 21:09 - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 octobre 2022

Ravages sur un ravagé !

Non, je ne suis pas covidé cette fois (plusieurs collègues le sont en ce moment) et je n’ai pas peur de me faire du mal… à moins que cela ne m’améliore ? Cela rappelle un certain Piergil... Des photos réalisées au smartphone depuis le début de lété.

CRP-1

CRP-2

CRP-3

CRP-4

CRP-5

CRP-6

CRP-7

CRP-8

CRP-10

CRP-11

CRP-12

CRP-13

CRP-14

CRP-15

CRP-16

CRP-17

Posté par Cornus à 22:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]
23 octobre 2022

Virée ligéro-éduenne (6 et fin)

Et puis il y a eu quelques séances de pêche. J’ai attrapé pas mal de perches de tailles diverses qui ont rejoint les prises de Gardons et de Rotengle réalisées par mon père trois jours de suite. Mon père a capturé un Brochet aux leurres et moi plusieurs dont deux conservés. Le plus gros faisait 76 cm (celui de la photo où on le voit en entier avec la canne).

SG-6

SG-4

SG-5

SG-1

SG-2

SG-7

SG-8

SG-3

Posté par Cornus à 19:08 - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 octobre 2022

C'est fini, enfin presque...

Tout ce qui avait été prévu dans les épisodes précédent a été réalisé et les travaux ont été terminés lundi. Au total, cinq semaines de travail et un jour. Mais comme je l’ai dit, ils étaient bien souvent sur plusieurs chantiers à la fois, du moins certains jours et à part un jour (ou deux ?), ils n’étaient que deux, alors que je sais que sur certains chantiers analogues, ils peuvent être 5-6. La voisine de la maison de droite (une évaporée de la cervelle) s’est permis de me dire peu avant la fin des travaux que « c’était long » et qu’« ils prenaient bien la pause ». Je n’ai rien répondu car « j’parle pas aux cons, ça les instruit ». Oui, ils ont pris des pauses, et alors, c’est elle qui les paye ? Elle sait que ce n’est pas un métier facile, par tous les temps ou presque et qu’on ne peut pas être tous les jours à fond ?

Sinon, comme convenu à part, une épaisse couche de laine de verre a été mise sur le plancher du grenier et de la mousse type polyuréthane a été posée entre les chevrons sur les parois subverticales de part et d’autre des chiens assis. Ce ne sera pas le Pérou, mais c’est quand même de nature à améliorer l’isolation de manière significative.

M-1

T-1

Il reste la lucarne des escaliers à habiller à l’intérieur… et le devis pour la seconde tranche des travaux sur l’extension de notre maison (cuisine, salle de bain, WC, bureaux, pseudo-véranda) dont le toit est actuellement en grande partie composé de vulgaires tôles ondulées et de plaques de polycarbonate pour la lumière. Là aussi, on compte améliorer l’isolation. Nous craignons que la facture soit singulièrement salée.

Vélux intérieur-1

Posté par Cornus à 16:41 - Commentaires [11] - Permalien [#]
16 octobre 2022

Virée ligéro-éduenne (5)

Nous n’avions pas l’énergie pour faire de grands déplacements, alors quatre jours plus tard, nous sommes allés à Saulieu pour revoir l’église (basilique) Saint-Andoche (XIIe s.) déjà montrée en détail il y a quatorze ans ici.

SAS-24

SAS-22

SAS-2

SAS-3

SAS-4

SAS-5

SAS-6

SAS-7

SAS-8

SAS-9

SAS-10

SAS-12

SAS-15

SAS-16

SAS-17

 

La Pendaison de Judas. XIIe s. Chapiteau. À rapprocher du chapiteau d’Autun (voir ici).

SAS-13

La Fuite en Égypte. XIIe s. Chapiteau. À rapprocher du chapiteau d’Autun (voir ici).

SAS-14

Saint Roch. XVIe s. Pierre polychrome.

SAS-11

 

Vierge en Majesté. XVIe s. Pierre polychrome.

SAS-18

 

Piétà. XVIe s. Pierre polychrome.

SAS-19

Vierge Auxiliatrice ou Vierge de Miséricorde. XVIe s. Pierre polychrome.

SAS-20

 

Sainte Marguerite. XVIIe s. ? Bois.

SAS-21

 

Près de l’église et du musée Pompon, et dans d’autres lieux de la ville, plusieurs œuvres grand format (ours bruns en bronze) du sculpteur Michel Bassompierre (Paris, 1948), une forme de « continuateur » de François Pompon (Saulieu, 1855 - Paris, 1933). La première œuvre se nomme Le Miel n° 5.

SAS-1

SAS-23

 

De retour aux environs d’Autun, petit détour pour voir l’église Saint-Loup de Dracy-Saint-Loup (XIIIe et XVIe siècles). L’édifice était fermé.

B-1

B-2

Posté par Cornus à 18:49 - Commentaires [5] - Permalien [#]