Cornus rex-populi

19 octobre 2017

Vacances juilletistes 2017 (7)

En cette fin juillet, était prévue la fête française du mariage d’un ami et ancien collègue nordiste d’origine angevine. Il avait épousé en comité relativement restreint une franco-américaine, là-bas aux États-Unis dans une ville des Appalaches. Cet ami est une personne qui est assez opposée à ma personnalité pour différents points de vue, même si je l’ai vu évoluer pas mal depuis 13 ans qu’il avait quitté le Nord. En réalité, je m’étais réellement lié d’amitié avec lui à partir du moment où il était parti et nous avions continué à converser par courriel et à nous voir de temps en temps, surtout quand lui revenait dans le coin notamment pour consulter la documentation spécialisée (une des plus riches d’Europe). Il avait évolué en prenant davantage appui sur ses deux pieds sur terre (car c’est un doux rêveur qui ne se rend pas toujours bien compte des réalités concrètes de la vie matérielle). Il y avait été invité en se mettant en couple là-bas en Anjou avec une Allemande (charmante), séparée de son premier mari et elle-même mère de deux enfants. Ce couple avait fonctionné pendant plusieurs années, avant qu’elle ne décide de le quitter. Peu de temps après, il partait retrouver sa future femme dans les Appalaches, qui n’était autre que la fille d’un couple de clients Américains (installés en Anjou : lui universitaire, elle pianiste) de LA ferme bio de ses parents (fromages notamment) et qu’il connaissait vaguement depuis l’enfance, avant de la retrouver bien plus tard, occasionnellement quand elle revenait en France (car enseignante dans une université outre atlantique).

Je passe les détails, il faut juste retenir qu’il existe une singulière amitié entre nous. Lui est un excellent botaniste, sans nul doute le meilleur spécialiste français des ronces (et quand on connaît l’extrême complexité et diversité de ce genre, cela ne peut mériter qu’un immense respect). C’est aussi et surtout une personne d’une très grande gentillesse et qui garde toujours le sourire. Il connaissait Fromfrom pour l’avoir rencontrée à plusieurs reprises.

Nous étions donc invités à la fête à Béhuard, une commune entièrement incluse dans une île de la Loire angevine. Certains pourront penser que nous avons la Loire en commun, ce qui n’est pas faux, mais ce n’est pas la raison de notre proximité. Une fête champêtre avec les amis et les membres de la famille. Pas de chichi donc, mais une forme de cérémonie civile bilingue où les mariés ont témoigné leur amour et leur engagement réciproque, avec des textes (parfois inédits), des poèmes, des chants et de la musique (une création enregistrée ou classique – la sœur de la mariée est une violoniste de niveau international, ce que j’ai découvert après, mais cela ne laissait guère de doute). J’ai retrouvé aussi là-bas un autre ancien collègue, parti aussi depuis longtemps et une stagiaire que j’avais croisée à mon arrivée en 2002 et que j’aurais été incapable de reconnaître). Fromfrom et moi étions dubitatifs sur cette fête. Cela n’avait rien d’exceptionnel, mais c’était honnête et cela nous a fait oublier la catastrophique fête de mariage de ma cousine quatre ans plus tôt où nous nous étions ennuyés comme des rats morts (alors que nous connaissions davantage de monde), épuisés d’attendre le repas pendant sept à huit heures de temps et où j’avais décidé de partir vers 1 h 45 du matin sans attendre le dessert.

Nous avons logé dans l’île dans une chambre d’hôtes assez sympa. Non loin de là, l’église et une échelle de crues de cette Loire presque inférieure. Les niveaux peuvent paraître importants, mais contrairement aux apparences, les crues de cette Loire aval sont moins destructeurs de celles de la Loire moyenne (d’ailleurs, elle n’y a pas sévi les mêmes années). En Loire moyenne les « big three » ne sont pas 1910, 1936 et 1982 mais 1846, 1856 et 1866 (et la quatrième spéciale XXe s., 1907).

IMG_0001

IMG_0002

Posté par Cornus à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2017

Vacances juilletistes 2017 (6)

Nous étions déjà passé à Perrecy-les-Forges en 2010 (voir ici), mais l’édifice était fermé au public pour des raisons de sécurité et en attente de travaux. Depuis, les travaux ont été réalisés et nous avons pu y retourner. L’église appartenait à un prieuré bénédictin autrefois rattaché à l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire (voir ici). Cet église prieurale date du XIe s. (nef et transept) et du XIIe s. (narthex). Cet édifice est de construction hétérogène, mais plusieurs éléments font évidemment penser que nous sommes clairement dans un édifice bourguignon dont les éléments se seraient rassemblés ici, avec plusieurs provenances comme Vézelay, le Brionnais ou diverses églises de la Bourgogne méridionale. Un moment bien agréable…

PLFe0001

PLFe0002

PLFe0003

PLFe0004

PLFe0005

PLFe0006

PLFe0007

PLFe0008

PLFe0009

PLFe0010

PLFe0011

PLFe0012

PLFe0013

PLFe0014

PLFe0015

PLFe0016

PLFe0017

PLFe0018

PLFe0019

PLFe0020

PLFi0001

PLFi0002

PLFi0003

PLFi0004

PLFi0005

PLFi0006

PLFi0007

PLFi0008

Posté par Cornus à 07:29 - Commentaires [7] - Permalien [#]
01 octobre 2017

Vacances juilletistes 2017 (5)

Je souhaitais rendre une nouvelle visite dans ce château onze après une première visite (voir ici). Ce château, initié dès le XIe s. m’avait toujours été présenté, notamment par ma grand-mère paternelle, comme le château de Marguerite de Bourgogne (voir ce que j’en disais en 2006). En 2017, notre guide réfute définitivement l’hypothèse selon laquelle elle y mourut et même le sous-titre mentionnant la reine de France qui figure encore sur de nombreux panneaux ou annonces touristiques. Cette année, nous avons pu visiter une partie (moins d’un dixième) des souterrains du château qui servaient aux domestiques, comme système de défense ou encore comme dispositif de fuite (très intéressant complément à la visite).

Quelques « objets » figuraient dans le château. Si j’ai compris le sens de reconstitution d’armes médiévales ou d’un chariot de transport de prisonniers, je n’ai pas compris ce que signifiait la très grande reproduction d’un voilier de haute mer (aucune explication).

CC0001

CC0002

CC0003

CC0004

CC0005

CC0006

CC0007

CC0009

CC0010

CC0011

CC0012

CC20001

CC30001

CC0013

CC0014

CC0015

CC0016

Posté par Cornus à 22:29 - Commentaires [9] - Permalien [#]
28 septembre 2017

En colloque !

Depuis mardi matin et jusqu’à samedi, nous sommes en colloque international (chez nous au boulot). Cela fait plus d’un an qu’on s’y prépare et cela se passe plutôt bien pour l’instant. Avec les à-côtés et autres, je suis désolé ne plus pouvoir lire et commenter les blogs. A bientôt.

Posté par Cornus à 07:15 - Commentaires [10] - Permalien [#]
23 septembre 2017

Vacances juilletistes 2017 (4)

Nous voici enfin en Bourgogne. En ce mois de juillet, après un saut dans la boutique d’habits beaunoise que Fromfrom fréquente habituellement, un passage au magasin de pain d’épices « premium », un petit tour rapide à la basilique Notre-Dame (voir ici et pour nos précédents passages).

BB0001

BB0002

BB0003

BB0004

BB0005

BB0006

Posté par Cornus à 19:19 - Commentaires [11] - Permalien [#]

03 septembre 2017

Vacances juilletistes 2017 (3)

A quelques kilomètres seulement de Châlons-en-Champagne, on trouve un village de moins de 600 habitants où se dresse une église de la taille d’une cathédrale : la basilique Notre-Dame de l’Épine. Contrairement à Notre-Dame-en-Vaux aux premiers éléments gothiques de la cathédrale Saint-Étienne qui datent plutôt des débuts du gothique, nous sommes ici en présence d’un édifice construit au début du XVe s.

Le jour du 14 juillet, je ne reste pas dans mon lit douillet, mais j’emmène la marquise de Fromulus visiter l’édifice sous le soleil revenu et triomphant. Et je dois dire que ce beau temps a augmenté sensiblement mon intérêt pour le lieu.

NDDLEe0001

NDDLEe0002

NDDLEe0003

NDDLEe0004

NDDLEe0005

NDDLEe0006

NDDLEe0007

NDDLEe0008

NDDLEe0009

NDDLEe0010

NDDLEe0011

NDDLEe0012

 

NDDLEe0014

 

Une photo panoramique composée de l’assemblage de 7 photos verticales. C’est surtout un exercice, car géométriquement parlant, c’est assez mauvais. En revanche, les raccords entre photos sont totalement invisibles.

NDDLEe0022

 

Il n’y a pas qu’en Bretagne que certaines gargouilles ont des fouilles.

NDDLEe0013

NDDLEe0015

NDDLEe0016

NDDLEe0017

NDDLEe0018

NDDLEe0019

 

Pour Plume, le « petit » saint Sébastien du portail sud.

NDDLEe0020

NDDLEe0021

 

Belle clarté à l’intérieur, certes pas très étonnante : des fenêtres larges mais pas très hautes (je n’ai pas dit qu’elles ne le seraient pas assez). A cause du jubé, la marquise relève un faux air de Notre-Dame du Folgoët, tout en le considérant bien inférieur. Se surajoute une poutre de gloire. Personnellement, je considère que cela n’a rien à voir. J’aime beaucoup cet édifice, loin de l’approche de la basilique finistérienne et finalement assez « classique » de cette large zone incluant la Picardie, la Champagne, la Bourgogne du septentrionale (enfin je pense).

NDDLEi0001

NDDLEi0002

NDDLEi0003

NDDLEi0004

NDDLEi0005

NDDLEi0006

NDDLEi0007

NDDLEi0008

NDDLEi0009

NDDLEi0010

NDDLEi0011

NDDLEi0012

NDDLEi0013

NDDLEi0014

NDDLEi0015

NDDLEi0016

NDDLEi0017

NDDLEi0018

NDDLEi0019

NDDLEi0020

NDDLEi0021

NDDLEi0022

NDDLEi0023

NDDLEi0024

NDDLEi0025

 

Le Tabernacle reliquaire ou Trésor (1549).

NDDLEi0027

 

Une grosse bête à cornes sévissant sur le jubé. Vive Helix pomatia !

NDDLEi0026

 

Encore une photo à pose longue réalisée en zoomant.

NDDLEi0028

Posté par Cornus à 11:57 - Commentaires [12] - Permalien [#]
27 août 2017

Vacances juilletistes 2017 (2)

La collégiale de Notre-Dame-en-Vaux est le second (certains diront le premier) grand édifice gothique (fin XIIe – début XIIIe s.) de la ville de Châlons-en-Champagne. Ce qui m’a frappé d’emblée, c’est l’emplacement de l’édifice, très proche de la rivière (le Mau), ce qui ne permet pas d’observer bien en face la façade, sauf à aller se positionner de l’autre côté du cours d’eau enserré de deux quais verticaux où circulent les voitures. A plusieurs titres, j’ai trouvé l’édifice plus intéressant que la cathédrale, même s’il est globalement plus sombre. Je ne sais où j’avais la tête, je n’ai fait aucune photo présentant l’édifice dans son ensemble (du fond de la nef).

NDVe0001

NDVe0002

NDVe0003

NDVe0004

NDVe0005

NDVe0006

NDVe0007

NDVe0008

NDVe0009

NDVN0001

NDVi0001

NDVi0002

NDVi0003

NDVi0004

NDVi0005

NDVi0006

NDVi0007

NDVi0008

NDVi0009

NDVi0010

NDVi0011

NDVi0012

NDVi0013

NDVi0014

NDVi0015

 

Attribué à Pieter I Cock d’Alost (1502-1550). Triptyque de l’Adoration des Mages. Huile sur panneau.

NDVi0016

NDVi0017

Posté par Cornus à 20:28 - Commentaires [12] - Permalien [#]
19 août 2017

Pile onze ans

M10001

Posté par Cornus à 22:32 - Commentaires [10] - Permalien [#]
13 août 2017

Vacances juilletistes 2017 (1)

Châlons-en-Champagne, nous y passons régulièrement tout près dès lors que nous allons en Bourgogne ou dans la Loire, mais nous ne nous y arrêtons jamais. J’y avais néanmoins dormi une fois en revenant de loin. Cette fois, sur la route des vacances juillettistes, il était question d’aller voir la cathédrale, un autre édifice de la ville et un autre tout proche. Je dois dire que j’y allais à reculons, je ne la sentais pas du tout cette cathédrale Saint-Étienne. Était-ce dû à l’absence de grande tour, de flèche ? Ou à cette façade qualifiée de baroque ? Ou parce que j’en avais peu entendu parler ? Bref, cela ne me disait rien, la consœur de Reims vampirisant toutes mes attentions. Eh bien, je me trompais. L’édifice ne démérite pas. La nef paraît très longue, surtout vue de l’extérieur. L’édifice gothique, comme souvent, fait suite à une cathédrale romane (dont subsiste notamment la tour nord) et la partie gothique s’est d’abord greffée à du roman dès la fin du XIIe s. avant de s’en affranchir (fin XIIIe – début XIVe s.) et a été poursuivie jusqu’au XVIe s. Les quatre dernières photos sont celles des vitraux des XII-XIIIe s., conservés dans une salle spéciale. Personnellement, sans tomber à la renverse, j’ai plutôt bien aimé cet édifice au final.

CeCe0001

CeCe0002

CeCe0003

CeCe0004

CeCe0005

CeCe0006

CeCe0007

CeCe0008

CeCi10001

CeCi10002

CeCi10003

CeCi10004

CeCi10006

CeCi20001

CeCi10011

CeCi10005

CeCi10009

CeCi10010

CeCi30001

CeCi30002

CeCi10007

CeCi10008

CeCi10012

CeCi10013

CeCi10014

CeCi10015

CeCi10016

CeCi10017

 

Posté par Cornus à 18:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 août 2017

Tout va très bien en ce bas monde !

Il n’y a pas qu’envers les salariés chercheurs d’emploi que Monsieur Paul (ou Madame Paule) Emploi fait preuve d’une bêtise déconcertante. En voici un exemple. Un désormais ex collègue, pour des raisons de rapprochement familial, a démissionné. Son dernier jour de travail officiel était le 7 juillet. Comme tout le processus de paie est informatisé et « internautisé », tout passe par un logiciel. Nous avons eu un souci avec ce logiciel, ce qui arrive, mais a été résolu grâce à la maintenance en ligne. Ensuite, nous avons détecté un problème avec un « portail de routage ». Après de multiples allers et retours, nous avons appris que cela ne venait pas d’eux, mais nous n’avons pu établir de manière normale, une attestation employeur pour que ledit ex collègue puisse faire son dossier et obtenir des indemnités. Le « portail de routage » nous a affirmé que les soucis venaient de Paul Emploi et qu’il fallait insister auprès d’eux pour que l’attestation puisse être éditée « automatiquement », sachant qu’entre temps, nous leur avions transmis toutes les infos nécessaires, signé tous les papiers indispensables… Mais ils ne répondaient pas. Pas de téléphone, juste une adresse courriel à la gomme. Ma collègue décide de décaler d’une journée son départ  en vacances (milieu de semaine dernière) pour avoir une réponse… qui ne viendra pas. Ils ne me rappellent que le lendemain (jeudi de la semaine dernière). Évidemment, moi je ne suis pas familiarisé avec ces histoires. Après m’avoir raconté des histoires à dormir debout, selon quoi mon collègue ne se serait pas inscrit à Paul Emploi (ah bon ?), elle finit par vérifier pour constater qu’il l’a bien fait (évidemment, il n’est pas idiot, lui). J’ai enfin un numéro de téléphone et après quelques vérifications, je les rappelle. Ils finissent par admettre à demi-mot qu’il doit y avoir un problème (je pense devoir traduire par le fait qu’il y a un énorme souci quelque part et ce n’est pas de notre fait). On me propose de faire une attestation papier. Ah, enfin… Seulement, moi, je n’ai pas le formulaire. On me dit d’aller sur le site de Paul Emploi Employeur, mais je leur dis que je n’ai pas les codes d’accès pour y aller. Alors on me dit qu’on va me l’envoyer. Après un nouveau rappel de leur part (une autre personne, car il ne faut pas mélanger les torchons avec les serviettes), je m’apprête à leur donner mon adresse de courriel. Mais non, on me l’envoie par la poste. Ah oui ? Ils ne connaissent pas les fichiers PDF, ils sont restés coincés au XXe s. ! Elle me met plusieurs formulaires, elle me dit que ça partira le lendemain (le vendredi) et que je les aurai en début de semaine (donc lundi de cette semaine). Lundi, rien. Mardi, rien. Mercredi, rien. Il faut dire que cela vient d’Arras, c’est tellement loin. J’ai rappelé (on ne répond plus au téléphone, envoyé un courriel, rien). Et hier en début d’après-midi, miracle, je reçois les précieux documents au courrier. Je m’attendais à trouver un document très particulier. Mais non, de vulgaires photocopies, juste avec mon nom, celle de la structure et son adresse en en-tête. Et contrairement à ce qu’ils m’avaient affirmé par téléphone, on me demande des informations supplémentaires par rapport aux renseignements que j’avais en ma possession (que eux aussi ont en leur possession, dois-je le préciser). Bon, ces infos, je les ai retrouvées (eux les ont aussi) et j’ai pu faire le papier tant attendu. Cela part aujourd’hui par la poste. Je précise quand même que ce papier n’apporte rien par rapport à ceux que nous avions envoyé il y a plusieurs semaines, c’est juste parce que ce n’est pas le même format et le même ordre des cases. Cela me rappelle un album d’Astérix dans lequel, avec Obélix, il a affaire avec l’administration romaine : ubuesque ! Et en réalité, je reste extrêmement poli.


 

Sinon, qui reconnaîtra cet édifice ? Indice : le nom de la ville est partiellement le même quune des villes de l’évêché d’Autun.

10001

Posté par Cornus à 08:55 - Commentaires [5] - Permalien [#]